La joie de notre coeur vient du Seigneur,      (Ps 21, 21)

 

Soixante-douze années d'une vie religieuse toute donnée au Seigneur, voilà ce que notre chère soeur  Georgette Grandmont présente à son Jésus à l'aube du cinq décembre 2016. Paisiblement, sans bruit, dans un total abandon, comme l'a si  bien dit Monseigneur Moreau: le temps d'un bref instant, Dieu ouvrait sa main et faisait signe." Soeur Georgette a sûrement faites siennes ses paroles du Cantique des Cantiques: Voici mon bien-aimé qui vient. C'est Lui, Il vient vers moi...

 

Notre soeur, accomplissant avec joie les tâches qu'on lui confie, empressée à aider et à faire plaisir, voilà un beau  souvenir que nous conservons de notre soeur Georgette.    Dans les dernières années de sa vie, alors qu'elle vit à l'infirmerie, elle arpente régulièrement  le corridor  dans l'espoir de rencontrer quelqu'un avec qui faire un brin de causette. Très souvent, on la voit  assise sur son déambulateur, souriante et causant. Elle aime  s'informer, partager et a toujours une parole aimable pour chacun .

 

Monseigneur Moreau se souvient d'un jour, alors qu'il est  à la maison-mère, il prend l'ascenseur et monte au troisième étage. À sa sortie, il aperçoit soeur Georgette assise sur le banc près de la porte Elle lui sourit gentiment et il prend le temps de s'asseoir près d'elle un moment. " Vous vous assoyez avec moi"? lui dit-elle, surprise." Pour prendre le temps de vous dire bonjour ", répond-il. Souriant toujours, elle ajoute: "Moi, je vais faire plus que vous dire bonjour, je veux vous dire que je vous aime beaucoup."En nous partageant ce souvenir, lors des funérailles, Monseigneur faisait remarquer la beauté d'une telle déclaration, qui illustre bien que c'est dans la belle simplicité de son coeur aimant qu'elle a marché sur la route vers le Seigneur.

 

Soeur Georgette a beaucoup souffert; son corps étant fragilisé par la maladie et les diverses interventions chirurgicales, on peut dire qu'elle a communié au mystère de la croix.  Ces épreuves, elles les a traversées sans jamais s'apitoyer sur elle-même, sans se plaindre. Son corps se déformait par la maladie, mais sa beauté intéieure est restée intacte; elle gardait le sourire et faisait confiance au Seigneur.

Soeur Georgette avait une grande dévotion à la Vierge Marie, on pourrait dire qu'elle avait prit " Marie chez elle"; la récitation et la méditation du chapelet étaient son évangile quotidien. Elle consacrait de nombreuses heures à la prière et à l'adoration, en coeur à coeur avec Celui qu'elle aimait et qu'elle avait hâte de rencontrer.

 

Le huit décembre 2016, en la solennité de l'Immaculée-Conception, Monseigneur Dorylas Moreau, évêque du diocèse de Rouyn-Noranda, célébrait ses funérailles à la maison- mère des soeurs de Notre-Dame-Auxiliatrice.

 

"Me donner à Lui et faire Sa volonté

tel était le désir de notre soeur bien-aimée.

Que le Seigneur Dieu lui accorde sa récompense!

 

 

 

Sr Georgette Grandmont

Retour